À propos de ABL

A- Résistance du secteur bancaire en face d’énormes crises

Durant les dernières cinquante années, le Liban, la région arabe et le monde entier ont témoigné d’une série de crises majeures, avec un caractère militaire, sécuritaire, politique, financier ou économique. Le secteur bancaire a fait preuve, de nombreuses fois et à travers la moitié d’un siècle, de sa capacité à assimiler les chocs, quel que soit le degré de sévérité, et à faire face aux défis, devenant ainsi un exemple de résistance et d’immunité à suivre. Vous trouverez ci-dessous un rappel rapide des principaux événements et crises dont le Liban a témoigné depuis le début des années soixante du siècle dernier et auxquels l’ABL et le secteur bancaire au Liban ont été confrontés, avec sagesse, intelligence, solidarité, vision et clairvoyance, en coopération et coordination avec les autorités officielles concernées, afin de maintenir les droits des actionnaires et des investisseurs dans le secteur actuel, d’une part, et les droits des dépositaires et les intérêts économiques nationaux, d’autre part.
A- Résistance du secteur bancaire en face d’énormes crises
  • 1966
    La crise de l’Intra Bank, le 16 octobre 1966

  • 1967
    La Guerre des Six Jours, le 6 juin 1967

  • 1975-1977
    La Guerre des Deux Ans: 1975-1977

  • 1982-1988
    L’invasion israélienne et la chute accélérée aux niveaux économique, sécuritaire et politique, particulièrement la détérioration du taux de change de la livre libanaise: 1982 – 1988.

  • 1988-1990
    La division de l’Etat libanais durant l’ère des deux gouvernements: 1988 – 1990.

  • 1993
    L’agression israélienne (la Guerre des Sept Jours): Juillet 1993.

  • 1996
    L’agression israélienne (Opération Raisins de la Colère): Avril 1996.

  • 2005
    L’assassinat du Premier Ministre Rafic Hariri en février 2005 et la série d’assassinats qui a suivi, visant des politiciens et des intellectuels, et les explosions visant de nombreuses régions, des zones résidentielles et des institutions industrielles et commerciales dans le pays.

  • 2006
    L’agression israélienne contre le Liban en juillet 2006.

  • 2008
    La crise économique et financière mondiale: Septembre 2008.

B- La contribution à la consolidation de l’autorité de l’Etat et à l’atténuation de la misère des Libanais

B- La contribution à la consolidation de l’autorité de l’Etat et à l’atténuation de la misère des Libanais
Dans le cadre de ce contexte, il est à noter, d’une manière indicative, non restrictive, une série d’initiatives organisées par l’ABL, afin d’aider l’Etat libanais et/ou la population libanaise à supporter les conditions difficiles et sévères dont le pays a été témoin durant les cinq dernières décennies. Parmi les initiatives les plus importantes:
  • 1996
    Contribution de l’ABL d’un montant de 4.5 millions de dollars au Fond du Haut Conseil de Secours afin d’atténuer les effets des agressions israéliennes (Avril 1996).

  • 1997-2000
    Contribution annuelle de l’ABL, sur plusieurs années (1997-2000), de 50 mille dollars, dans une campagne de soutien au Sud et à la Békaa de l’Ouest.

  • 1998
    Contribution de l’ABL aux institutions économiques afin de soutenir le mois des soldes organisé par le Ministre du Commerce et de l’Economie (février 1998).

  • 1999
    Contribution de l’ABL d’un montant de 4 millions de dollars à la campagne nationale pour lutter contre les effets de l’agression israélienne (juin 1999).

  • Décembre 1999 - Janvier 2000
    Contribution de l’ABL à la campagne “Liban 2000” (au début du troisième millénaire), Décembre 1999 – Janvier 2000.

  • 2001
    Contribution de l’Association au soutien des activités de la “commission nationale pour la commémoration du 14 mars, du 18 avril et du 25 mai” sous le parrainage de Son Excellence Nabih Berry (Mai 2001).

  • 2003-2005
    Contribution des banques d’un montant de 3.6 milliards de dollars représentant 10% de l’ensemble de leurs dépôts à la fin d’octobre 2002, sous la forme de titres sur deux ans, à un taux d’intérêts de 0%, dans le cadre du programme de la conférence de Paris II, pour la restructuration de la dette. Cette contribution, ainsi que celle de la Banque du Liban et des pays donateurs, ont eu un impact significatif sur la réduction de la dette publique entre 2003 et 2005.

  • 2005
    Contribution de l’Association et des banques à un fonds unifié créé par les institutions économiques afin de soutenir les institutions endommagées par les explosions, qui ont suivi l’assassinat du Premier Ministre Rafic Hariri en février 2005. Les contributions des banques à ce fonds s’élèvent à environ deux millions de dollars, constituent ainsi la plus grande part de l’ensemble des donations offertes par ce fonds.

  • 2005
    Contribution de l’Association au financement de la campagne “revitaliser la capitale”, au centre-ville de Beyrouth (Juin 2005).

  • 2007
    Contribution de l’Association au financement de la campagne de “la trêve de cent jours ”, en coopération avec les institutions économiques (Juin 2007).

  • 2007
    Contribution de l’Association et des banques d’un montant de deux millions de dollars afin de soutenir l’Armée libanaise dans la lutte contre le terrorisme et la consolidation de la stabilité, suite aux incidents de Nahr Al Bared (Juillet 2007).

  • 2009
    Contribution de l’Association et des banques d’un montant de 4 millions de dollars afin de soutenir le programme de l’Association “Akhdar Dayem” visant à protéger les forêts et à acheter des Canadairs (Février 2009).

  • 2014
    Contribution de l’Association d'un montant de 6 millions de dollars afin de soutenir le plan de réhabilitation de la prison de Roumieh (Juin 2014).